Programme «Tout un mois avec soi»

De la tension
à la mission (XVI)

16 Jan 2022 | tout un mois avec soi

Jour 16

Tout au long de la première quinzaine de notre programme «Tout un mois avec soi», nous avons exploré divers ressentis, des attitudes, exploré des notions dans lesquelles souvent nous nous étions enfermés. Nous avons petit à petit élargi notre regard, modifié notre point de vue.

Un jour à la fois, je vous ai proposé de subtils changements, des expériences réalisables dans la vie quotidienne, ainsi que des images dont j’espère qu’elles auront été inspirantes, tout comme les citations et les invitations à la lecture qui les accompagnaient.

Nous allons poursuivre ensemble notre cheminement, en progressant de la même façon, un petit pas après l’autre. Cependant, il est probable que les remises en question initiales – tendant en particulier vers une vie plus simple, un désencombrement sous divers aspects – amènent déjà dans leur sillage des questionnements plus profonds.

Un décalage de plus en plus sensible entre ce qui constitue notre quotidien et ce à quoi nous aspirons secrètement risque de provoquer des tensions internes qu’il deviendra de plus en plus difficile d’ignorer.

Aujourd’hui, explorons ensemble ces deux notions:

Tension
Mission

Lorsque nous nous disons tendu·e, nous faisons souvent référence à un état de stress psychique, de surcharge mentale. Une tension de plus en plus extrême peut nous conduire jusqu’au point de rupture: épuisement, burn-out, dépression, troubles anxieux. Au plan physiologique aussi, une tension permanente favorise le développement de maladies.

 

Stress par excès, ou par carence

Pour préserver notre santé, tant psychique que physique, nous devons veiller à développer les ressources qui vont nous permettre de retrouver notre équilibre après un épisode de stress. Or, notre mode de vie actuel nous maintient, sous diverses formes, dans une tension continue, par excès – de travail, de stimulations, de responsabilités, d’activités – comme par carence – de repos, de sommeil, de temps pour soi.

Les tensions que nous ressentons pour ces raisons ne peuvent nous être que néfastes. Notre organisme ne peut pas endurer un état de stress durable, dont il ne perçoit ni l’accalmie ni la fin. Par définition, notre système de stress nous met en tension dans le but d’affronter une situation particulière. Après quoi, notre organisme doit pouvoir récupérer de cet effort ponctuel et retrouver son état naturel d’homéostasie.

Or, dans nos vies bousculées, c’est de moins en moins ainsi que les choses se déroulent. Et nous finissons par ne plus nous en rendre compte, considérant cette tension de chaque instant comme normale. Voire positive.

 

Une tension positive si elle a du sens

Faut-il voir dans cette dénonciation du stress une incitation à tout laisser aller, à ne plus se mobiliser, à renoncer ou se mettre en quête d’un état de béatitude absolue? Il ne s’agit pas de cela non plus, et les mots de Viktor E. Frank qui soutiennent notre réflexion nous le disent bien.

Dans ce domaine comme dans bien d’autres, ce qui fait la différence, c’est le sens que nous donnons à ce que nous vivons, à nos actions. Si les causes de la tension que nous ressentons nous sont déplaisantes, voire délétères – un travail que nous détestons, un emploi du temps surchargé, un cadre de vie à l’opposé de nos aspirations, des relations toxiques – le stress éprouvé nous détruira à petit feu.

En revanche, si nous sommes en tension pour des raisons qui ont de la valeur à nos yeux, si nous savons pourquoi nous traversons cette période de stress, mieux encore si nous avons choisi là où nous engageons notre temps, nos compétences, notre énergie de vie, alors nous sommes très vraisemblablement en train d’accomplir une mission.

 

Une mission… votre mission

Paradoxalement, oui, un état de tension peut être vécu comme positif, gratifiant. Du reste, cela pourrait bien être le cas de la tension que vous ressentez juste maintenant, cette tension en lien avec l’idée d’une mission.

Une mission, c’est une action qui a une utilité, un objectif louable, qui fait profondément sens pour vous. Il peut s’agir d’une mission ponctuelle, voire presque banale, comme un service que vous aurez rendu de bon coeur à une personne en besoin d’aide. Cela peut-être un engagement social, bénévole, humanitaire, que vous avez pris sur une plus longue durée.

Dans une vision plus absolue, nous parlons de mission de vie. De cette vocation unique qui n’est faite que pour vous, que vous seul·e saurez réaliser à votre manière unique. Peut-être s’est-elle déjà révélée à vous sous la forme de la profession que vous exercez, ou de la création artistique à laquelle vous vous consacrez.

 

Ajouter du sens, diminuer la tension

Parfois, nous rencontrons notre mission tôt dans la vie, parfois beaucoup plus tard. Il arrive que nous en changions. Il se peut que vous soyez aujourd’hui à la croisée des chemins, avec cette sensation grandissante en vous que vous êtes appelé·e à autre chose. Cela crée des tensions, du trouble, de la confusion… et sans doute aussi de la curioisité, de l’impatience, de l’excitation.

Prenez le temps de laisser mûrir cette sensation en vous, sans hâte, juste en accueillant l’idée de changements à venir qui pourraient vous rapprocher de votre mission.

Pour l’immédiat, il peut être bon de juste s’appliquer à ajouter un peu plus de sens, de présence, dans ce à quoi nous consacrons notre journée. Pour vous y aider, je vous propose trois étapes: un arrêt sur image, une citation inspirante, une action pour ancrer la réflexion.

Je regarde

tournesols sur un ciel bleu

Ils se sont élancés en direction du ciel azur. Grands, solidement enracinés. Ils  me dépassent d’une bonne tête.
Ils tendent leurs corolles vers le soleil éclatant de juillet. Tout investis dans leur mission. S’épanouir, arroser leurs précieuses graines de lumière.

Quelques jours auparavant, ils étaient déjà d’énormes boutons, mais pas encore prêts à éclore, repliés sur eux-mêmes au bout de leur tige. Allaient-ils s’ouvrir?

Dans ce champ éblouissant de jaune, des tournesols sont encore en préparation de floraison. Sur l’image, d’autres se devinent en arrière-plan, dans le flou.

Dans ces géants de l’été, avec leurs immenses feuilles écartées comme des bras, j’ai vu des êtres accomplissant leur mission, tendus vers la lumière, confiants.

 

J’écoute, je lis

C’est un homme qui a connu l’horreur. Celle des camps de concentration où il fut déporté et perdit ses proches.

Viktor E. Frankl a survécu, avec une capacité de résilience et une confiance en l’humain qui forcent l’admiration. Il a su rester debout, les yeux ouverts sur ce qu’il était encore possible de percevoir de beauté  et d’espérance au coeur de la tragédie.

A partir de cette expérience exrtrême, ce neurologue et psychiatre a développé une approche psychothérapeutique révolutionnaire. Sa logothérapie est basée sur le sens que l’on donne à sa vie.
Ecoutons son message, positif, rempli d’énergie:

« Il est risqué de croire que la santé mentale dépend avant tout d’un équilibre intérieur dénué de toute tension.
Ce dont l’humain a besoin, ce n’est pas de vivre sans tension, mais bien de tendre vers un but valable, de réaliser une mission librement choisie.»*

* Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie. Editions de l’Homme/J’ai Lu

J’entre en action

Pour aujourd’hui, je vous propose une nouvelle fois d’expérimenter un moment de méditation en pleine conscience.
Pour cette fois, choisissez de préférence de rester debout. Dans cette position droite, élancée, entre ciel et terre. Cette position dite de l’être en pleine santé.

Restez quelques instants immobile, conscient de la position de votre corps, des légères tensions nécessaires à la posture debout.

Prenez conscience de vos pieds au contact du sol.

Préparez-vous, pleinement attentif à votre intention puis au mouvement à venir, à faire un premier pas.
A l’instant de vous mettre en mouvement, soyez du mieux que vous le pouvez focalisé sur votre geste, sur vos pas, sur la tension de vos muscles et tout autant sur l’intention que vous placez dans votre choix d’aller de l’avant.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour à la page d’accueil du programme «Tout un mois avec soi»

Share This