Programme «Tout un mois avec soi»

De demain
à aujourd’hui (XVII)

17 Jan 2022 | tout un mois avec soi

Jour 17

Pour aborder hier la seconde moitié de notre programme «Tout un mois avec soi», nous nous sommes mis·e à l’écoute de questionnements plus fondamentaux. Qu’est-ce qui me maintient dans cet état de tension permanente? Cela fait-il sens? Quelles sont mes aspirations? Quelle est ma mission?

Bien qu’essentielles, de telles réflexions peuvent s’accompagner d’une certaine anxiété; nous bloquer, ou soudainement nous propulser vers l’avenir sans prendre le temps de s’y préparer. C’est pourquoi, aujourd’hui, je vous invite à revenir à… aujourd’hui.

Explorons ensemble le temps… à contre-temps:

Demain
Aujourd’hui

C’est tout le paradoxe: lorsque nous commençons à envisager des changements, nous nous projetons vers des lendemains proches ou lointains. Au risque de ne plus être connecté·e au présent, de se prendre à rêver, anticiper et de ne plus supporter notre vie actuelle. Or, ce n’est évidemment pas notre objectif.

Alors, comment tout à la fois travailler à notre futur, le modeler au plus près de nos aspirations, tout en vivant notre vie d’aujourd’hui? Repensons à la pratique des petits pas. Il est rare que l’on s’aventure de manière brutale et irréfléchie vers des changements radicaux, même si parfois la tentation s’empare de nous de «tout envoyer balader».

Des événements que nous n’avons pas choisis peuvent hélas bouleverser notre vie d’une seconde à l’autre. Mais lorsque nous avons la liberté du choix, nous pouvons nous donner le temps… parfois même laisser faire le temps. Laisser mûrir une idée, laisser décanter un projet.

Quelles que soient notre précipitation et notre impatience, nous ne pouvons pas déjà être à demain. Tout ce que nous pouvons faire, c’est aujourd’hui, à cet instant seulement que nous pouvons le faire. Autrement dit, c’est ici et maintenant que nos actions, nos pensées, nos paroles dessinent les contours de demain.

 

Oeuvrer à demain… aujourd’hui

Aujourd’hui, je vous invite donc à accueillir le jour comme il se présente. Les bras ouverts, faisons de notre mieux pour qu’il soit notre oeuvre d’art unique et personnelle,  Bras ouverts, mais pas bras ballants. Le contenu de cette journée est probablement pour chacun·e de nous un mélange parfois hasardeux et inattendu de contraintes externes et de décisions qui nous appartiennent.

Peut-être allons-nous pouvoir expérimenter que tant ce qui nous est imposé que ce qui relève de notre propre arbitre contient tout à la fois sa part d’impondérable et sa part de liberté de choix. C’est rarement tout l’un ou tout l’autre.

Dans chaque situation, chaque activité, chaque rencontre de ce jour, quelle attitude vais-je adopter? En quoi cette attitude me permettra-t-elle d’apporter, même de manière subtile, une différence, une plus-value, pour moi comme pour l’autre?

 

Agir en pleine présence

Il est peu probable qu’entre hier et aujourd’hui, quelque chose ait changé mon quotidien de manière fondamentale. Il en ira vraisemblablement de même entre aujourd’hui et demain. Ce sur quoi je peux agir, c’est la qualité de l’instant vécu. Juste ici et maintenant.

Cela vous semble bien éphémère? Si nous traversons cet instant sans y prendre garde, sa fugacité nous fait douter de son existence… de «notre» existence. En revanche, si nous l’habitons pleinement, il devient comme une petite éternité à savourer.

Mais il est bien difficile, lorsque nous courons d’un lieu à l’autre entre deux contraintes, d’imaginer qu’un instant puisse contenir autant… que l’instant soit ce que nous en faisons, moins par nos actes que par la qualité de présence que nous y investissons.

 

Du sens… ici et maintenant

Il paraît alors plus clair que ce n’est pas en nous précipitant vers demain que nous réaliserons nos rêves, notre mission plus rapidement. C’est bien en habitant pleinement le présent, aujourd’hui, en nous consacrant sincèrement à nos activités que nous serons doublement gagnant·e·. En étant davantage connecté·e à l’expérience d’être vivant·e et en instillant un supplément de sens ici et maintenant, nous traçons le chemin qui nous conduit vers demain.

Henry David Thoreau étant notre source d’inspiration pour aujourd’hui, je me plais à partager encore cette citation, qui me semble bien exprimer le paradoxe que nous venons d’évoquer:

«J’appris au moins ceci par mon expérience: que si l’on avance avec confiance dans la direction de ses rêves, si l’on s’efforce de vivre la vie que l’on a imaginée, on trouvera un succès inattendu dans la vie ordinaire.»

Je lis et relis ces quelques mots, ils continuent de m’interpeller: Thoreau oppose-t-il une vie telle que rêvée à une vie ordinaire? Ou est-ce que vivre une vie au plus près de ses valeurs, de sa mission, embellit l’ordinaire sans avoir à partir en quête de l’extraordinaire? Je penche, vous l’aurez probablement deviné, vers la seconde interprétation. Et vous?

Pour l’immédiat, je vous invite à poursuivre votre propre réflexion tout en ajoutant votre plus-value à la journée qui s’offre à vous. Pour vous y aider, je vous propose comme à l’accoutumée trois étapes: un arrêt sur image, une citation inspirante, une action pour ancrer la réflexion.

Je regarde

Au gré d’une promenade hivernale dans un froid vivifiant, je me suis arrêtée devant notre célèbre horloge fleurie. Je l’ai contemplée, prise dans ses habits d’hiver, sous une fine couche de givre faisant ressortir davantage quelques touches de jaune.

Dans l’air glacé de janvier, elle indiquait l’heure exacte, l’aiguille des secondes poursuivant sa ronde à un rythme régulier. Pourtant, j’ai eu cette sensation que le temps s’arrêtait, que tout dans cette scène me ramenait à l’instant présent. A l’instant éphémère mais bien concret.

Il suffira d’une seule seconde pour que la grande et fine aiguille ne soit plus au même endroit, d’un faible rayon de soleil pour que le givre s’évapore en perles de rosée. D’un brin de chaleur pour que les petites pensées jaunes redeviennent fringantes.

Je me suis revue à cet endroit, à cet instant. Puis j’ai regardé la date sur la photo: 6 janvier 2020. C’était avant…

Alors, ne pas penser à demain, simplement vivre aujourd’hui.

J’écoute, je lis

Bien avant nous, une multitude de précurseurs se sont interrogé sur le sens de leur vie, remettant en question leurs besoins, se rapprochant de l’essentiel et du moment présent pleinement vécu.

Dans cette quête de sens, l’Américain Henry David Thoreau nous précède de deux siècles. Les témoignages qu’il nous laisse de ses expériences ont traversé le temps. Son message nous est très actuel en même temps qu’intemporel.

«Walden ou la vie dans les bois» demeure le plus célèbre de ses ouvrages. Thoreau y fait le récit de son retrait du monde, dans les bois où il construit lui-même sa cabane, se rapprochant ainsi de ce qui fait sens dans sa vie. Il nous invite à rêver de lendemains épanouissants tout en habitant pleinement l’ici et maintenant.

Ecoutons-le:

« Changer la qualité de la journée
est le summum de l’art. »*

* Walden ou la vie dans les bois. L’Imaginaire/Gallimard

J’entre en action

Pour aujourd’hui, je vous invite à considérer une activité qui fait partie de votre routine habituelle, ou de vos contraintes quotidiennes. Pensez à une situation récurrente, qui ne vous apporte généralement aucune satisfaction ni aucun plaisir, voire que vous redoutez, parce qu’elle est ennuyeuse, énergétivore ou qu’elle met à l’épreuve vos aptitudes, votre résistance, votre patience.

Serait-il possible, juste pour aujourd’hui, de changer un petit quelque chose à cette situation? Ou du moins d’expérimenter volontairement une autre attitude face à cette situation, de l’aborder d’une autre manière, dans un état d’esprit différent?

En d’autres termes, comment donner du sens à cette activité, cette rencontre, ce moment qui pour vous n’en avait pas jusqu’ici?

Faites preuve de créativité  tout en restant simple. Ne choisissez pas un contexte trop exigeant. Commencez par quelque chose de relativement anodin, peut-être juste ennuyeux, et imaginez comment cela pourrait devenir un petit peu plus intéressant, gratifiant.

Plutôt que de vous extraire de cette situation comme vous le faites habituellement, soyez au contraire tout à fait présent, attentif à vos sensations, à vos ressentis. Menez votre propre exploration.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour à la page d’accueil du programme «Tout un mois avec soi»

Share This